Faire la paix avec nos émotions !

Parce qu’elles font de nous des êtres vivants, mobiles, réactifs, communicants, nos émotions
demandent toute notre attention. Elles sont présentes dans tous les domaines de notre vie (amical,
professionnel, affectif, familial …) et nous concernent tous, hypersensible ou non.

Elles ont une fonction primordiale pour notre adaptabilité, notre survie, notre capacité à prendre des
chemins détournés pour atteindre notre but mais sont parfois aussi la source de grandes souffrances.

Très souvent nous pensons à l’aspect négatif de nos émotions et les considérons comme un signe de
faiblesse à ne pas dévoiler ; c’est oublier qu’elles expriment notre être profond, notre vécu et nous
caractérisent, font de nous un être unique. Pourtant, certains d’entre nous ne les montrent pas, sont
dans le déni, ont du mal à comprendre celles des autres.

Mais alors :

– Comment les gérer lorsqu’elles nous submergent et s’emparent de nous à tel point que
nous ne semblons plus rien maîtriser ; il s’agit là de troubles émotionnels difficilement
contrôlables mais que nous pouvons apprivoiser.

– Comment se libérer du poids d’émotions trop longtemps contenues sans générer de
crise, apprendre à se sentir légitime à les ressentir

Apprenons à les connaître, à les reconnaître pour en faire nos alliées et mieux nous adapter. Les
identifier nous permet de passer à l’action de manière plus réfléchie, de prendre du recul mais aussi
de nous comprendre et de prendre en compte nos besoins et ceux des autres.
Acceptons-les, accueillons-les, vivons-les et gérons les situations de manière apaisée. Développons
notre intelligence émotionnelle !

Mais qui sont-elles ?

La définition commune d’une émotion est un état affectif plus ou moins important et passager à un
stimulus externe (comportement d’autrui, situations …) ou à la réactivation d’une mémoire.

Les émotions sont captées par nos sens (toucher, ouïe, vue, odorat, goût) et sont reliées à notre
mémoire par ces sens. Elles naissent dans notre cerveau mais leurs manifestations sont
physiologiques (augmentation du rythme cardiaque, rougeurs, sueur…), comportementales (fuite,
agression, rigidité…), motrices (activation musculaire…).

Les 6 émotions fondamentales sont :

La peur est utile lorsqu’elle nous alerte d’un danger, elle peut devenir bloquante lorsqu’elle
nous empêche de faire des choix.

La joie émane de la satisfaction du besoin assouvi.

La tristesse nous permet de faire notre deuil face à la séparation, elle devient bloquante
lorsqu’elle devient chronique.

La colère est une réaction de protection et libère une énergie défensive.

La surprise est plutôt neutre en ce sens qu’elle va générer presque immédiatement une autre
émotion, elle nous permet d’adapter notre comportement.

Le dégoût nous protège des agents infectieux et de la toxicité.

Elles sont présentes dès notre première année de vie même si chez les enfants, le cerveau n’étant
pas mature, les comportements émotionnels ne sont pas totalement adaptés. Ils ont la faculté de
réagir mais pas de tenir compte du fait qu’une émotion est en jeu.

Ces 6 émotions fondamentales entrainent souvent la manifestation d’émotions secondaires telles
que l’anxiété pour la peur, la sérénité pour la joie, le chagrin pour la tristesse, la rage pour la colère,
la stupéfaction pour la surprise, l’aversion pour le dégoût.

Comment les gérer ?

1. Eprouver physiquement ses émotions pour en diminuer la portée
Prévenir la surenchère émotionnelle en reconnaissant les signes avant-coureurs physiques et
psychologiques et prendre le temps de trouver la solution adaptée. S’accorder une petite
pause par la respiration peut nous ramener à un état plus modéré par la reconnaissance,
l’acceptation et l’analyse, notre système nerveux parasympathique se met en route pour
nous apporter le calme.
De même accepter qu’une émotion survienne sans porter de jugement est déjà un grand pas
et permet de diminuer la pression.

2. Aller explorer son histoire
Chercher à comprendre pourquoi une émotion a surgi est une étape essentielle dans la
gestion de nos émotions. Cela ouvre une réflexion sur nos expériences, nos croyances, nos
automatismes, à quoi elle fait écho ; cela nous permet de sortir de nos schémas répétitifs, de
nous libérer, de retrouver le choix.

3. S’autoriser à les exprimer
Parce que « Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime » (Jacques Salomé), exprimer et partager
nos émotions nous permettent d’être en accord avec nos besoins, nos valeurs et en bonne
interaction avec les autres. Il est parfois légitime d’exprimer sa colère face à une situation
injuste afin de ne pas générer une frustration et un non-dit et cela peut être utile à d’autres
personnes de votre entourage. Cela nous donne la possibilité d’être compris des autres et de
ne pas nous isoler.
Vous ne serez pas toujours en mesure de le faire dans l’immédiat mais même décalé dans le
temps, leur expression garde son impact.

Et pour conclure :

Vous l’aurez compris, l’expression et la gestion de nos émotions sont indispensables car ces dernières
nous rendent vivants, font de nous des êtres sociables capables de vivre ensemble, nous permettent
de nous respecter, de grandir, de satisfaire nos besoins.

La kinésiologie vous propose d’aller à la rencontre de vos émotions, de comprendre leur survenue
face à des stimuli, d’aller chercher dans votre vie ou celle de vos ascendants la cause de son
expression trop excessive (ex : cette colère que j’éprouve à l’égard d’un comportement
d’indifférence m’appartient-elle ? cette anxiété que je ressens à l’approche de certaine date prend-
elle sa source dans mon passé ? D’où me vient cette peur viscérale des insectes ?).

Elle vous donne des outils pour vous permettre de les exprimer à bon escient et de façon contrôlée
et non préjudiciable. Pour cela, la kinésiologie dispose de méthodes issues de l’EMDR, l’EFT, la
visualisation afin de dissocier l’émotion de l’évènement racine qui a pu être la cause de son
expression excessive.

Renvoyer le traumatisme dans le passé sans pour autant l’oublier mais pour qu’il ne fasse plus caisse
de résonnance dans le présent, rétablir l’équilibre entre le fait de ne plus se laisse submerger par nos
émotions mais en les exprimant quand même.

Céline Philippe kinésiologue

Partager l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Navigation